Forfait antipollution : le manque à gagner pour le STIF doit être compensé par l’Etat

J5tfoy eArticle publié le 22 janvier 2017:

Le STIF a décidé de déclencher le forfait « antiPollution » pour la journée du lundi 23 janvier 2017 sur l'ensemble du réseau de transports en commun. Lors de la séance du conseil d’administration du STIF qui s’est déroulée, le 11 janvier 2017, l’ensemble des administrateurs ont délibéré sur les tarifs des transports publics qui devront être mis en place durant les pics de pollution.

La création d’un titre utilisable lors des jours d’alerte à la pollution a donc été décidée comme solution alternative au refus de l’Etat de prendre en charge financièrement la mesure de la gratuité des transports en commun, les jours de pollution. 

Le prix de ce forfait antipollution, fixé à 3,80 € par jour, est certes très attractif, mais constitue un véritable manque à gagner de quelque 500 000 € par jour au STIF. La prise en charge de ce coût supplémentaire sur le budget de fonctionnement du STIF ne paraissait pas sensé, alors que c’est bien l’Etat qui impose ses restrictions de circulation et engendre de fait la mise en place de cette mesure tarifaire. Il est donc indispensable que les sommes imputables au STIF à la suite de la mise en place de ce forfait, se reportent sur d’autres missions prioritaires, comme la régénération du réseau de transport francilien existant. 

Dans ces conditions, Audrey Guibert, qui s’inscrit dans une opposition constructive et force de propositions, a demandé, lors de ce conseil d’Administration, à Valérie Pécresse, présidente du STIF, de solliciter l’Etat afin qu’il prenne en charge financièrement le coût de ce forfait estimé à 500 000 € par jour pour le STIF, et d’entreprendre en conséquence, toutes les démarches nécessaires pour obtenir cette légitime compensation.  

Ainsi, Audrey Guibert tient à saluer Valérie Pécresse, présidente du STIF, pour le courrier adressé, le 19 janvier 2017, au Premier ministre, qui reprend la proposition formulée par le Front National demandant la mise en place de cette compensation financière. 

Espérons que l’Etat puisse entendre une proposition de bon sens, et accepter de la mettre en oeuvre dans les plus brefs délais afin de ne pas pénaliser financièrement le STIF qui vient de déclencher, le forfait antipollution pour la journée du lundi 23 janvier.

×