Eva Sas, députée de la 7e circonscription, souhaite légaliser le cannabis, et demain la cocaïne ?

J5tfoy eA la suite de la tentative de meurtre contre des policiers à Viry-Châtillon, les politiques de gauche, se sont confondus en déclarations les plus risibles les unes que les autres. 

Ainsi, pour Manuel Valls, il n'existe pas de zone de non-droit en Essonne, alors que les policiers se font agresser régulièrement, voire tirer dessus, notamment dans le quartier de la Grande-Borne, où le commerce illicite de la drogue prend une ampleur dramatique.

Cette zone de non-droit est devenue une plaque tournante du trafic de drogue dans le département où les caïds prospèrent grâce à la passivité des autorités. Faute de moyens humains et matériels supplémentaires, d'une réponse pénale adaptée, ferme, et dissuasive, les policiers exercent leurs missions dans des conditions de plus en plus précaires.

 

Autres propos délirants tenus hier, ceux d'Eva Sas, députée de la 7e circonscription de l'Essonne. Invitée de l'émission BFM Story et face à deux représentants de syndicats de police, Eva Sas, s'est prononcée en faveur de la dépénalisation du cannabis pour lutter contre le trafic de drogue. Incapable de mettre fin aux trafics en tout genre qui gangrènent les banlieues et notamment la Grande-Borne, il faudrait alors d'après elle, se résigner, et légaliser le cannabis.

 

La proposition de la députée, envoie un signal désastreux aux délinquants, qui voient légitimer leur trafic par un représentant de la Nation et vient affaiblir considérablement l’autorité de l’Etat, laissant ainsi entendre qu'incapable de lutter contre un trafic, l'Etat se doit de le légaliser. Il faut par ailleurs noter que légaliser la vente du cannabis, alors que dans le même temps les autorités sanitaires cherchent par tous les moyens à faire baisser la consommation de tabac, démontre la méconnaissance totale qu'a la députée des méfaits engendrés par la consommation de cannabis. 

A l'image de son mandat de député, la proposition d'Eva Sas est une mesure  nuisible et inutile. Audrey Guibert réaffirme que la lutte contre le trafic de drogue doit devenir une priorité nationale, il est temps de déclarer une guerre sans merci aux trafiquants. 

 

Audrey Guibert, 

Secrétaire départementale du Front National de l'Essonne, 

Conseillère régionale d'Ile-de-France, 

Conseillère municipale de Savigny-sur-Orge

 

×